Haut
Éducation numérique

S’éduquer face aux manipulations numériques

À l’école de la science-fiction

Comme beaucoup tu as sans doute déjà remarqué que lorsque tu fais du shopping en ligne ou même en regardant juste une vidéo sur youtube, tu te retrouves avec des pubs ciblées sur le produit/thème que tu viens de voir sur le reste des sites consultés après, et tu sais que ce n’est pas un hasard. Il s’agit en fait d’un des principes commercial de base : multiplier le contact de l’utilisateur au message pour qu’il passe à l’acte.
 
Mais d’où vient ce savoir ? Plusieurs possibilités : un constat personnel, une remarque dans ton entourage au détour d’une conversation, un article/reportage, et de plus en plus souvent mais encore trop peu à l’école (via des événements ponctuels souvent du fait d’associations).
 
Certes de plus en plus d’articles et documentaires sont là pour nous informer, malheureusement ils touchent un public restreint de gens déjà sensibles au sujet et qui feront l’effort de s’informer au-delà de retenir simplement que « facebook vole mes données » (ce qui n’est pas le cas).
 
Heureusement il existe une source bien plus répandue pour notre éducation face à la technologie : les livres, films et séries (en particulier la SF). Car soyons réalistes, Matrix / The Truman Show / Black Mirror ou les livres de Philip K. Dick ont plus contribué à nous sensibiliser aux risques des Intelligences Artificielles et de la technologies que n’importe quel cours.
 
Le début de l'apprentissage
« Le début de l’apprentissage »
 

L’ère des contes de fées

Pourquoi les films et séries sont aussi efficaces pour sensibiliser un grand nombre de personnes ? Tout simplement pour la même raison qu’un livre de math utilisera l’exemple de Paul qui achètes 10 melons, ou encore ce qui fait le succès des grandes marques  : tous racontent une histoire. Les gens aiment les bonnes histoires et ont tendance à mieux les retenir qu’une explication brute. Une aubaine pour l’éducation, et c’est aussi ce qui fait le succès actuel du terme de « storytelling ».
 
Je te vois venir « super, je vais de ce pas bing-watcher 5 saisons de telle série pour m’éduquer ! ». Sauf que non car déjà c’est loin d’être le rôle de tous les fims/séries et surtout il manquerait le composant essentiel à tout bon apprentissage : la réflexion.
 
En effet, une histoire transmet un message, des valeurs, voir une morale, cela peut être éducatif et pour ton intérêt, mais aussi pour celui du narrateur (commercial, politique…).
Le succès des réseaux sociaux est bâti sur ce même principe, chacun est devenu narrateur face à son public, et tant qu’à faire autant faire comme les grandes marques et vendre du rêve, quitte à maquiller la réalité.
 
La vie quotidienne d'une personne lambda (selon instagram)
« La vie quotidienne d’une personne lambda (selon instagram) »
 

La rencontre de deux mondes

Pour mieux comprendre ce succès il faut savoir que le cerveau humain utilise deux systèmes pour gérer les informations (attention je vais simplifier, si le sujet t’intéresses dis le moi en commentaire) : la mémoire à court terme (MCT) pour les actions simples et communes et la mémoire à long terme (MLT) qui intervient sur des problèmes complexes.
 
Par exemple si on te donne un numéro de téléphone, de manière naturelle tu vas le retenir quelques secondes/minutes grâce à la MCT, mais tu l’auras oublié le lendemain si aucun effort de mémorisation n’a été fait pour qu’il passe en MLT. C’est le but même de l’apprentissage, une utilisation répétée de la MCT pour stocker des informations dans la MLT.
 
« Euh …ok, et le lien avec les histoires ? : j’y arrive 😉
 
La MCT sert également, entre autre, pour juger les expressions faciales / émotions : « tiens il a l’air triste ». La MCT est donc sensible aux émotions qui peuvent agir comme facilitateur d’accès à la MLT. Le souci vient du fait que la MCT gère des choses rapides et simples et aura donc tendance à recourir aux préjugés, bons ou mauvais. On comprends alors l’intérêt des communicants pour activer nos émotions dans le but de nous faire enregistrer leurs messages, tels des souris répondant à un choc électrique.
 
Le succès des fake news / infox et des arnaques vient également de là. « Oh une offre de voyage à 100€ au lieu de 600€, je vais cliquer et donner mes infos personnelles (nom, email, téléphone…) pour voir l’offre » : l’offre était en fait un lien vers un comparateur de vol classique, avec pour départ un autre pays en vol aller uniquement…
 
Le spectaculaire /choquant marque les esprits et il ne faut pas sous-estimer l’envie de croire !
Et les techniques de chocs ce n’est pas ce qu’il manque, par exemple celle d’ordre temporel avec l’utilisation d’un compte à rebours « plus qu’un jour avant la fin de la promo », bien souvent la promo revient très peu de temps après la fin, voir dans certains cas le compteur est faux et le prix ne changera pas. On retrouve aussi des classiques qui sont tout aussi subtiles :
le pied dans la porte : ça commence par une demande facile et rapide, puis ça augmente progressivement de manière transparente.
le paiement mensualisé : certains sites proposent exprès un prix de base très haut, bien supérieur à la valeur réelle de ce qui est vendu, avec possibilité de payer mensuellement des plus petites sommes. Une formation valant 400€ se retrouve donc mise à 960€ mais sous forme de paiements de 80€/mois. C’est un moyen de te soutirer plus d’argent tout en te faisant croire que tu peux t’offrir quelque chose d’inaccessible autrement.

Je t’invite au passage à regarder le complot des chats :
 

 

Les datas c’est mon dada

En parlant d’informations personnelles, ou les data, il est surprenant qu’autant de gens disent y faire attention et que les industries exploitant commercialement ces informations ne se sont jamais mieux portées. De nombreuses personnalités lancent des alertes, comme récemment Tim Cook le pdg d’Apple, pour prévenir de l’usage des data au détriment des utilisateurs, mais cela semble perçu comme une fatalité par certains. 
Comme dit en introduction, on reçoit pas d’éducation préventive à ce sujet, alors c’est quoi une data ? Un nom ? Un email ? Un numéro de téléphone ? Ça on connaît depuis la version papier des formulaires, mais avec le web et les smartphones les datas sont devenus bien plus « transparentes ». On peut rajouter de manière non exhaustive :
 
l’image : réseaux sociaux, app pour modifier sa photo (se vieillir, trouver un sosie…)
la position : grâce au gps, aux lieux enregistrés ou notés
les données médicales : balances et montres connectées
les goûts/habitudes : sites visités, app installées, playlist, like sur les réseaux sociaux, comptes fidélités…
les opinions : sites visités, like de publication, commentaires…
les fréquentations : réseaux sociaux, emails…
le profil psychologique : test de personnalité, test de QI, test du type « quel héros de games of trhone es-tu ? », etc…
 
Prises à part, ces données sont déjà plus au moins gênantes, mais combinées cela permet d’obtenir un profil complet d’une personne à tout les niveaux, comprendre ses « faiblesses » et surtout proposer des histoires « choquantes» qu’elle va facilement accepter.
 
La question du libre-arbitre numérique mériterait un ou plusieurs articles à elle seule, mais demande toi juste ceci : quand tu voyages, comment choisis-tu un hotel ou un restaurant ? Via un moteur de recherche, mais est-ce que tous les choix possibles te sont proposés et en fonction de quoi les premiers résultats sur la liste ont étés choisis ?
De même sur les réseaux sociaux, certains posts te sont affichés en premier tandis que d’autres ne le seront pas. Bref, ce sont des algorithmes qui décident le plus souvent de te proposer ce que tu vois.
Si tu as suivi l’affaire « Cambrige Analytica », comment ils ont ciblés des personnes selon leurs profils psychologiques en affichant des messages sur-mesure pour influencer les votes lors de l’élection présidentielle aux USA mais aussi lors du Brexit, tu comprends les risques. Je ne porte pas de jugement politique ici, mais sur le fait de faire croire à des gens qu’ils répondent à une question/un problème réel alors que la question est soit différente, soit beaucoup plus complexe.
 
Les coulisses de ce qui se passe quand tu visites un site...
« Les coulisses de ce qui se passe quand tu visites un site… »
 

Comment lvl-up ton skill bouclier numérique ?

La solution ? Questionner chaque information qu’on reçoit, c’est-à-dire faire appelle à la MLT pour engager une réflexion ? Non ce serait bien trop fatiguant pour notre cerveau. La réponse est dans le titre de l’article : s’éduquer. C’est en stockant des savoirs, en utilisant sa propre réflexion pour juger les choses que l’on pourra créer des habitudes et que notre MCT sera capable de traiter les flots d’informations directement.
 
Appliquer les principes de la vie réelle : être méfiant quand un inconnu te raconte ou te propose quelque chose.
Si une vidéo, une image, une information te parait spectaculaire, dans le doute renseignes-toi avec des sources fiables. Attention à ne pas tomber de l’autre côté en disant que ce tu ne comprends pas est faux ou truqué : avec beaucoup d’entraînement certains réussirent parfois ce qui peux sembler impossible !
 
Dernier point à ne pas négliger : le dialogue et l’échange, surtout pour les plus jeunes. En effet l’association génération numérique a réalisée le test de piéger des adolescents d’une école en se faisant passer pour l’ami d’un ami, cela grâce à l’utilisation de leurs données sur les réseaux sociaux (leurs goûts via Facebook, analyse du trajet vers l’école via Google maps…). Bilan, un grande majorité a accepté le rendez-vous avec cet inconnu, mais le pire c’est que cela s’est déroulé sur plusieurs jours et aucun élève n’a alerté les autres par honte de s’être fait avoir.
 
Pour éviter les infox :
– La réflexion
http://www.hoaxbuster.com/
https://crosscheck.firstdraftnews.org/france-fr/
https://factuel.afp.com/
https://www.lemonde.fr/verification/
https://tineye.com/ ou https://fotoforensics.com/ (pour les images)
 
Quelques conseils pratiques pour la protection des données :
– utiliser un navigateur qui respecte la vie privée (Firefox, Brave, Epic browser…)
– utiliser un module/add-on tel que HTTPS partout (connexion sécurisée partout, évite le vol des informations que tu donnes aux sites : mot de passe, numéro de carte bleue…)
– utiliser un antivirus qui respecte la vie privée
– dans le cas d’un wifi public (café, à l’étranger…), utiliser un VPN payant (les gratuits utilisent souvent vos informations pour les revendre)
 
Pour s’éduquer de façon plus générale :
https://eduscol.education.fr/internet-responsable/
https://www.netecoute.fr/
https://asso-generationnumerique.fr/
 
Des auteurs à lire :
– Naomi Klein
– Gilles Deleuze
– Michel Foucault
– Pierre Bourdieu
– Hartmut Rosa
– Paul Virilio
– Edgar Morin

 
Si tu as d’autres adresses / sources n’hésites pas à les partager en commentaire !

Alain
Alain

Fondateur du Chilling et paradoxe vivant. Un parcours atypique, alternant entre création graphique et création culinaire, voir les deux à la fois. N'hésitant pas à troquer son costume pour une tenue running quand l'occasion se présente... Mais il ne louperait pour rien au monde un épisode de One Piece !

Désolé, les commentaires sont désactivés.

Suis-nous sur Instagram